L’aventure commence avec une petite fille qui, depuis ses trois ans, accompagne, chaque année, ses parents en vacances dans un petit village près de Beaulieu-sur-Dordogne, en Corrèze.

À 11 ans, Magali Delvaux suit ses premiers cours de piano à Tournai. Diplômée de l’institut supérieur de musique et de pédagogie (IMEP) et du conservatoire de Mons pour le piano et la musique de chambre, elle partage sa carrière entre l’enseignement du piano au Conservatoire de Namur, diverses prestations en musique de chambre et la direction de chant choral.

Lors de son entrée à l’IMEP, elle a découvert le chant choral et la direction de chœur. C’est ainsi qu’en 2009, Magali Delvaux a pris la direction de la chorale Maranatha d’Assesse.

Tout en multipliant les prestations comme enseignante, soliste, chambriste et chef de chœur, elle retourne régulièrement se ressourcer en Corrèze dans la propriété familiale. C’est là qu’elle a connu la chorale de Beaulieu-sur-Dordogne et l’abbatiale où elle se produit. De là est née l’idée d’un projet de jumelage des chorales d’Assesse, de Beaulieu et de Sauvenière.

Unir leurs talents

La chorale paroissiale Maranatha a régulièrement donné des concerts tant classiques que de variétés diverses et a participé à différents projets l’amenant à tourner la séquence finale du film Cowboy, de Benoît Mariage avec l’acteur Benoît Poelvoorde.

La chorale Jacs est née dans la paroisse de Sauvenière, d’un petit groupe de jeunes avec guitare. Depuis 20 ans, le groupe progresse bien, guidé par Claire Wertz. Quelques jeunes ont maintenant les cheveux grisonnants, mais gardent le désir de chanter ensemble.

Née en Corrèze en 1991, la chorale française de Beaulieu-sur-Dordogne a étendu son rayonnement aux territoires voisins de son creuset natal. Chœur mixte à quatre voix, il compte aujourd’hui 39 choristes venant de Beaulieu-sur-Dordogne mais aussi des localités environnantes et du Lot voisin. 13 sopranes, 14 alti, 7 ténors et 5 basses partagent le plaisir de chanter. Placé sous la baguette de Dominique Monestié, professeur de musique et clarinettiste, médaille d’or du conservatoire de Toulouse en instrument de musique de chambre, le chœur aborde un répertoire éclectique proposant des chants sacrés ou profanes du Moyen Âge à nos jours.

Le jumelage des trois chorales s’est progressivement façonné pour construire un programme de concert qui a été donné vendredi à Assesse et dimanche à Sauvenière. Il sera à nouveau donné le dimanche 6 juillet dans l’abbatiale de Beaulieu-sur-Dordogne et le lundi 7 juillet à l’église Saint-Pierre d’Argentat.

Le public a pu apprécier des œuvres classiques de Vivaldi, Mozart, Mendelssohn, des airs d’opéra de Verdi et des extraits de l’œuvre «Indianas» du compositeur argentin Carlos Guastavino avec le concours de la soprano Aurélie Moreels, de la pianiste Anita Mossiat et du violoniste Michaël Scoriels.

 

Aurevoir